CAMAIRCO gets NEW Boss

Standard

Matthijs BoertienLe Hollandais Matthijs Boertien a été nommé directeur général de la compagnie Cameroon Airlines Corporation (Camair Co) au terme d’un décret publié jeudi après-midi par le chef de l’Etat Paul Biya.
Jusque-là directeur de l’exploitation de la compagnie aérienne nationale, il remplace à ce poste son compatriote Alex Van Elk, en poste depuis début février 201, dont le contrat a expiré depuis début juillet dernier sans qu’une résolution le maintenant aux affaires ait été publiée.
Cette nomination intervient au moment où Camair Co traverse une zone de fortes turbulences, qui a abouti le 24

octobre 2012 à sa suspension de la Chambre de compensations («Clearing House») de l’Association internationale de transport aérien (IATA) pour accumulation d’arriérés de paiement.
Lancée en fin mars 2011, cette compagnie traîne aujourd’hui des erreurs de management, mais aussi des dénonciations de dilapidation des moyens financiers par la Confédération syndicale des travailleurs du Cameroun.
Le syndicat de la compagnie a décrié des écarts criards de gestion, «une situation critique de flou caractérisé», «une confrontation d’autorité au sein de la compagnie», «la chute drastique des subventions de fonctionnement»,
Les syndicalistes s’offusquent aussi du départ prématuré des clients vers la concurrence, la surfacturation des services par Aéroports du Cameroun (ADC) par rapport à la concurrence, un organigramme et une grille salariale ne tenant pas compte du poids réel de chaque poste et du profil de carrière, le manque de responsable du département marketing, la location «inutile» d’un Boeing 737-700.

Le 28 juin 2012, un rapport d’étape du commissaire aux comptes, le cabinet Okalla Ahanda & Associés, pointait pour sa part une situation particulièrement difficilé, marquée notamment par une comptabilité délocalisée à Dubaï et en Inde et qui a déjà coûté plus de 44 millions FCFA entre janvier 2010 et juin dernier, un chiffre d’affaires réalisé au 31 mai 2012 d’environ 9,5 milliards FCFA, pour des prévisions de l’ordre de 45,852 milliards FFA pour l’exercice.

Le cabinet d’audit constatait, entre autres, des prestations facturées à plus de 511 millions FCFA et commandées «en violation des dispositions du Code des marchés publics», la direction générale étant présentée comme une spécialiste dans le fractionnement des marchés, particulièrement dans le domaine de la fourniture du matériel informatique.

La vérification de la qualité de la dépense laissait aussi apparaître une absence criarde de bons de livraison, des dépenses sans pièces justificatives ou payées sur la base de factures pro-format, l’absence d’attachements prouvant l’effectivité de la prestation mais aussi un service à bord dispendieux et comportant de nombreux et flagrants «écarts».

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s